# Billet dur : santé, la mauvaise ordonnance du Dr Macron

Le pouvoir ne pouvait plus poursuivre dans son attitude déni de la gravité de la situation liée à l’effondrement de notre système de santé. Alors que le ministre de la santé récusait il y a encore peu ce constat, le seul bon point qui peut être attribué à E. Macron pour sa présentation des vœux aux personnels de santé est que, pour la première fois, il a largement repris nos arguments dans son constat de la situation.

Que ce soit sur le nombre de Français sans médecin traitant ou encore le taux d’abandon et d’échec dans les écoles d’infirmier.e.s, les chiffres étaient exacts.

Par contre sa conclusion en termes de diagnostic n’a pas été la bonne car le malade est à l’agonie et l’urgence de mesures d’un traitement de choc s’impose. Par ailleurs, nous aurions attendu d’un président qu’il nous exprime avant tout les grandes orientations pour rétablir une situation très dégradée.

Il s’agit notamment de savoir si la santé relève d’un grand service public permettant que chaque citoyen puisse avoir une réponse à ses besoins de manière égalitaire quel que soit son lieu de résidence sur le territoire et ses revenus.

Or cela n’a pas été le cas et il nous a déroulé une très longue ordonnance avec des mesures et des promesses déjà proposées ces dernières années et qui ont montré leur peu d’efficacité.

Pour la médecine de ville il promet d’augmenter le nombre d’assistants médicaux de 4 000 à 10 000 mais cette mesure est dans les tuyaux depuis maintenant près de 2 ans et, si elle a permis une petite augmentation du nombre de patients suivis par les médecins généralistes, elle ne règle pas les deux problèmes essentiels que sont la chute dramatique du nombre de visites à domicile et l’inégalité de répartition des médecins sur le territoire.

En ce qui concerne les gardes, là aussi il poursuit dans un modèle basé sur l’incitation qui ne fonctionne pas alors qu’il est demandé de rétablir dans le code de la santé publique l’obligation pour tous les médecins de participer aux gardes, qui a été supprimée en 2002.

Bref pour la médecine de ville, il ne remet pas en cause fondamentalement la liberté d’installation et la rémunération à l’acte et propose seulement quelques aménagements à la marge.

En ce qui concerne l’hôpital, c’est encore plus scandaleux puisqu’il stigmatise les 35 h et propose aux professionnels d’organiser eux-mêmes leur temps de travail dans les services pour gérer les sous-effectifs.

En ce qui concerne, ce que certains considèrent comme une avancée, à savoir la fin de la tarification à l’activité, il s’agit d’un leurre car le véritable problème est que le budget des hôpitaux voté avec le 49.3 a un taux d’évolution pour 2023 inférieur à l’inflation !

Bref aucune réponse concrète aux trois revendications portées depuis les grèves de 2019 : la création de 100 000 emplois, une revalorisation des salaires correspondant aux qualifications et surtout l’arrêt des suppressions de lits et des fermetures de services ou d’établissements.

Sur ce dernier point comment peut-il être crédible alors que par exemple il est prévu de fermer dans les mois qui viennent la maternité et la chirurgie à l’hôpital de Guingamp ?

Dr Christophe Prudhomme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.