# Conseil Cnam. Indemnités journalières : des délais inacceptables

En résumé: le traitement des Indemnités Journalières : des délais de versement inacceptables qui doivent impérativement être raccourcis avec des CDI stables et une simplification des procédures de recueil de données des salaires.

Un Conseil de la Cnam, le 4 novembre 2021, presque exclusivement dédié à la question des délais de traitement des Indemnités Journalières (IJ), au repérage des points de difficulté et/ou de ralentissement.

Cela n’a pas empêché certains d’intervenir sur fond de légitimité des arrêts, coûts et durées de ces derniers.

La délégation CGT, forte du droit à déborder du sujet, ne s’est pas interdite d’intervenir sur les responsabilités de certains acteurs de la chaîne de traitement : 3/4 du délai étant lié à l’attente des pièces fournies par les employeurs.

Elle interroge donc sur la simplification par le législateur de la complexité du dispositif, d’autant plus pour les dossiers relevant de multiples employeurs; le délai moyen de versement des IJ étant encore à ce jour au-dessus de l’objectif, tournant à plus de 30 jours (objectif COG : 27 jours), délai ingérable pour les assurés sociaux.

Nous avons également soulevé la question des moyens : les CDD ne peuvent en aucun cas être une solution pérenne, seule l’instauration de CDI, stables, formés, peut répondre à la mise en œuvre de ce volet conséquent de l’Aassurance Maladie.

Des travaux sont en cours pour réduire les délais de traitement : avec Pôle Emploi dans le cadre des IJ des demandeurs d’emploi,  accès des caisses au CESU.

La CGT a également réitéré sa demande qu’une étude soit réalisée sur l’impact d’une réforme des retraites (allongement de la durée d’activité) sur le volume -qu’elle pense voir croître- des arrêts maladie notamment.

A noter en question diverse :
Point sur le renouvellement du Conseil : le mandat CNAM se termine à sa date anniversaire (le conseil avait été installé le 15/2/2018).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.