# Billet dur : arnaque

Je reviens sur le prix des vaccins alors qu’a été annoncée une extension de la 3e dose pour une partie importante de la population.

Avant d’en venir à la réalité des prix, il est important de rétablir la vérité sur l’efficacité des vaccins ainsi que sur leurs effets secondaires dans la vraie vie au regard des résultats obtenus dans différents pays. Si les vaccins à ARN messager semblent un peu plus efficaces que d’autres, la différence ne semble pas aussi importante que certaines communications à visée publicitaire des laboratoires l’ont affirmé.

Par ailleurs tous les vaccins ont des effets secondaires qui touchent peu de personnes, mais peuvent exceptionnellement être mortels. Ainsi, les données en provenance de Grande-Bretagne qui a vacciné sa population essentiellement avec le vaccin AstraZeneca montre des résultats en termes de protection quasi-identiques à ceux de la France qui a utilisé très majoritairement le vaccin Pfizer.

Regardons maintenant de plus près les données financières : la vaccination avec deux doses d’AstraZeneca coûte environ 4 euros alors que celle avec le produit Pfizer facturée initialement à 30 euros est passée brutalement l’été dernier à près de 40 euros, en pleine recrudescence de l’épidémie, après la polémique sur les accidents liés à son concurrent.

Il est donc légitime de s’interroger sur l’origine des informations qui a fait que la France a abandonné l’AstraZeneca au profit du Pfizer.

Il semble bien qu’il s’agisse d’une action pilotée par Pfizer pour éliminer son concurrent et majorer ses profits en se retrouvant en situation de monopole.

Mais le résultat est que la France a dépensé presque dix fois plus que son voisin pour un résultat quasi identique.

Même en donnant un petit avantage au produit Pfizer, le surcoût est-il justifié? Bien sûr que non, surtout au regard des résultats financiers.

Ainsi Pfizer estime que ses revenus liés au vaccin atteindront plus de 33 milliards de dollars en 2021 alors que son chiffre d’affaires total en 2019, avant la crise COVID-19, était de 46 milliards de dollars.

Il apparaît donc essentiel d’exiger un contrôle sur le prix des vaccins grâce à un outil majeur qui est la levée des brevets, afin que tous les pays qui disposent des capacités industrielles adaptées puissent les produire en masse au meilleur coût, dans l’intérêt sanitaire de leur population et également de leurs finances publiques.

Dr Christophe Prudhomme

6 réflexions au sujet de « # Billet dur : arnaque »

  1. Cet article est très intéressant. Il serait également intéressant de donner les sources de ses informations pour pouvoir approfondir le sujet

  2. Que les sujets à risque se vaccinent, oui, mais l’imposer à toute la population, c’est exposer à la iatrogénie des personnes pour qui la vaccination n’a aucun bénéfice.

    1. Exactement.. Après avoir eut 2 fois le covid (le premier et le variant delta) sans avoir eut de soucis particulier (petit fièvre et toux) et seulement âgé de 22 ans, je vais me retrouver suspendus car je ne souhaite pas faire le vaccin qui ne me servira à rien étant donné qu’il n’empêche pas la transmission et que le covid n’a pas d’effet grave sur moi.

      Le plus choquant, aucune solution proposée, seulement de me vacciner malgré mon poste de téléconseiller auquel je ne suis ni en contact avec du public ni avec les PC ! (télétravail refusé)

  3. Bonjour,
    Au delà de ces questions vaccinales je me permets de profiter de ce droit de réponse pour avoir des informations sur le PLFSS 2022, les débats à l’assemblée nationale et au sénat.
    Les menaces pésent très fort sur la Sécu. Les programmes pour la présidentielle vont tous vers la fiscalisation de la Sécu. Il est utile de préciser ce que veut dire 100% Sécu repris par LREM.
    Quelques réflexions sur le site de la fédé des organismes sociaux…rien par la confédération.
    Les syndiqués CGT ne sont pas informés des dangers qui menacent les assurés.
    Veran vient d’accorder des enveloppes pour les hôpitaux de la région auvergne voir plus. Effet d’annonce et stratégie éléctorale! Que dit la CGT sur ces questions.
    Je souhaite obtenir des explications syndicales et connaitre les actions prévues par la CGT pour la  »reconquête de la Sécu ».
    Guy PAILLER ancien conseillé à la CPAM 63

    1. Pas facile de prendre une position sur un projet (la grande sécu) dont on ne connait pas grand chose si ce ne sont les 4 scenarios sur lesquels planchent le HCAAM, dont le rapport n’est d’ailleurs pas connu ! Le débat a lieu à la Cgt et tout le monde y réfléchit. Mais nous ne sommes pas obligés de réagir en mode stimulus/réponse sur du vent. Nous sommes un syndicat sérieux, pas un Chatbot Tweeter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.