A la uneDécryptages

# Billet dur : Stigmatisation

Le billet d’humeur des conseillers Cgt qui siègent au Conseil de la Cnam. Retrouvez les chroniques de Christophe Prudhomme, médecin au Samu 93 et conseiller Cgt au conseil de la Cnam sur le site du journal L’Humanité.

Les médecins et les politiques qui tiennent des propos blessants, agressifs, parfois à la limite de l’injure et surtout stigmatisants vis-à-vis de certaines populations, notamment celles des Antilles, ne mesurent visiblement pas les conséquences de leurs actes.

En effet, face à une situation où l’angoisse prédomine, cette agressivité ne fait que renforcer la peur.

Ce n’est pas ainsi qu’il faut procéder dans le domaine de la santé.

Il faut savoir écouter les arguments, apporter des informations, rassurer pour obtenir l’adhésion. Au SAMU, que ce soit au téléphone ou sur les lieux de l’intervention, nous savons que si nous répondons à l’agressivité pas une attitude similaire en miroir, nous risquons fortement une rupture avec une situation qui deviendra ingérable.

Nous ne sommes pas dans une cour d’école pour savoir qui est le plus fort.

La question n’est pas de faire de l’angélisme, mais il est clair que si l’on veut être respecté, il faut aussi respecter l’autre.

Bien entendu, un certain nombre de personnes, y compris des médecins et des scientifiques, alimentent le débat avec leurs arguments qu’il faut savoir contester sans invective et sans mépris, mais aussi sans ne rien cacher et sans refuser de répondre à certaines interrogations qui sont toujours légitimes pour ceux qui les formulent.

Ne pas y répondre, c’est renforcer leur conviction de la justesse de ces mêmes arguments.

Il est aussi indispensable de savoir faire preuve d’humilité, de pouvoir dire qu’on ne sait pas et aussi parfois de reconnaître que l’on s‘est trompé.

Personnellement, je considère que les vaccins apportent bien plus de bénéfices qu’ils ne présentent de risques.

Mais il ne sert à rien de nier ces risques, car un décès médiatisé fait vite oublier les centaines de milliers de cas dont on ne parle pas, car il ne s’est rien passé.

Bien entendu dans une situation de crise, les excès sont fréquents, mais aujourd’hui sachons raison garder et retrouvons la bienveillance et l’empathie dans les relations du quotidien en ce qui concerne les questions de santé.

Dr Christophe Prudhomme

3 réflexions au sujet de « # Billet dur : Stigmatisation »

  1. Bonjour,

    Je suis beaucoup moins catégorique que vous sur la non dangerosité de ce que vous appelez vaccin. Vous êtes médecin au SAMU, je ne suis que généraliste ayant fait toute ma carrière (30 ans) à la sécu et bientôt SANS SALAIRE ET SANS EMPLOI à 3 ans 1/2 de la retraite… merci….. mais je n’ai pas la même analyse que vous.

    Soit les effets secondaires sont rares (quoi que nous n’avons aucun recul sur les effets à moyen et long terme), mais c’est le rapport bénéfice risque qu’il faut regarder.

    Sortons sereinement de la propagande gouvernementale et des « médias mainstream » qui la colporte.

    Regardons avec beaucoup de science ce qu’il se passe aujourd’hui avec le variant delta en Angleterre, en Islande, en Israël et surtout à Gibraltar.

    Ces statistiques NON COMPLOTISTES et officielles montrent que les produits injectés n’EMPECHENT PAS LA CONTAMINATION NI LE PORTAGE DU VIRUS.

    La maladie chez les personnes de moins de 65 ans SANS COMORBIDITE n’est pas grave.
    Revenons un peu à la raison et regardons un peu le nombre de mort chaque année liés à la pollution atmosphérique. Qui se soucie de ces morts de tous âges.. parfois porteurs en effet de comorbidité et qui fait un aussi grand cinéma qu’avec le COVID ? PERSONNE. (400000 morts attribués chaque année à la pollution EVITABLE).
    Le COVID n’est pas une maladie grave. Là nous parlons de porteurs souvent sains et nous voulons IMPOSER par la contrainte et la force l’injection de produits INCONNUS à toute la population ?

    Alors je dirais : OUI à la vaccination incitée pour les personnes âgées et à risque.
    OUI à l’ouverture des traitements qui sont révélés EFFICACES (étude PASTEUR sur Ivermectine et d’autres méta-analyses sur Hydroxychloroquine et Azythromycine)…

    MAIS NON à la vaccination de masse (un papier sort ce jour montrant que l’immunité naturelle fonctionne très bien).

    OUI aux gestes barrières et au masque en intérieur et au gel hydroalcoolique.

    Non aux boites de nuit et aux métro…… ah non bizarrement le métro depuis le début n’est pas incriminé… de qui se moque-t-on ?

    Mais NON NON ET NON au fait de mettre des gens à LA RUE parce qu’ils vont avoir leur salaire suspendu (avec leur contrat de travail) et arriver sur un licenciement SANS INDEMNITE…

    Je suis Médecin Conseil en ERSM (Echelon Régional du Service Médical) en charge de la CRRMP et CMRA, je ne travaille que sur dossier seul dans mon bureau, et mon activité de près de 1 an en télétravail 5/5 n’a pas affecté la mission qui m’est confiée (je pourrais très bien travailler 5/5 en télétravail en étant beaucoup plus efficace qu’au bureau en présentiel….) et POURTANT j’ai déjà reçu DEUX MAILS DE MENACE si je ne me plie pas à la vaccination OBLIGATOIRE…. avec rappel des termes de cette Loi inique….

    A 58 ans 1/2 après 30 ans de sacrifice pour la SECU, cette dernière me jette à la rue comme un malpropre….

    J’appelle cela un scandale…

    Je suis en souffrance ET TOUT LE MONDE S’EN FOUT.

    Merci à ceux qui ont lu jusqu’au bout, c’est un peu ma psychothérapie…

    Au REVOIR

    Benoist

    1. Notre article n’entre pas dans les considérations médicales qui ne sont pas de notre ressort. La Cgt s’oppose à la brutalité avec laquelle la loi du 5 août est mis en place dans les DRSM dont vous nous faites part ici, s’agissant de votre situation personnelle.

    2. Bravo et merci pour votre commentaire. Bon courage et tenez bon. La vérité prend les escaliers… Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *