Au CSE-Central : Matis sort de l’impressionnisme

Le CSE-Central extraordinaire du 5 janvier 2023 a été l’occasion pour votre syndicat préféré de rendre un avis final très documenté sur la généralisation de Matis, le nouveau logiciel métier du Service Médical qui va être mis en service à partir de février 2023 pour le gestion des indemnités journalières/arrêts maladie.

Le Service Médical, soucieux d’améliorer sa performance au sein du réseau Assurance Maladie, s’est engagé dans un processus d’évolutions important ces dernières années.

Son organisation, avec la mise en place du SMMOP, ses activités et ses métiers (arrivée des Infirmer du Service Médical et des CSAM) ont changé. Constat fait de l’inadaptation de son système d’information, il est apparu nécessaire de revoir aussi l’outil informatique.

C’est donc dans ce contexte que MATIS a été développé et testé dans un premier temps par l’ELSM de Drôme, puis la DRSM AURA, à nouveau testé par les ELSM d’Albi en Occitanie et l’ELSM du Vaucluse en PACAC dans une version 2.1.2.

Comme à chaque fois que l’occasion lui en a été donnée, les élu.e.s CGT ont loué l’engagement des équipes de l’ELSM de la Drôme et de la DRSM AuRA et Pierre PEIX (le N°2 de la Cnam) a tenu lui aussi à renouveler ses remerciements aux équipes auvergnates et rhônalpines.

Forte d’un bilan de cette expérimentation qu’elle juge satisfaisante, la CNAM a décidé le déploiement de MATIS dans sa version 2.1.3, de manière progressive, dans l’ensemble du territoire sur le processus IJ (maladie et risque professionnel) à partir de février 2023.

La CNAM assume complétement qu’il s’agit là d’une stratégie managériale laissant éminemment moins de liberté aux praticiens conseils (PC) dans la tenue de leurs dossiers, particulièrement en matière de rédaction du rapport médical de prestation.

C’est d’ailleurs le principal point d’achoppement entre de nombreux PC et la Direction.

Outre la nécessité de faire évoluer l’outil en prenant en compte les demandes des échelons expérimentateurs, la Direction a aussi convenu qu’il était nécessaire d’adopter un mode de pilotage « de proximité et bienveillant », afin de permettre aux acteurs de l’UTAA de s’approprier MATIS.

Sur ce point, la position de la direction a bien évolué depuis 2020 ; la CGT avait à l’époque interpellé directement notre directeur général, M. Fatôme ,pour lui demander de sursoir à l’expérimentation de MATIS dans le contexte de la crise sanitaire.

On semble donc être passé du déploiement « coûte que coûte » en marche forcée à une stratégie plus humaine … plus à l’écoute … plus attentionnée !

La phase d’accompagnement/formation prévue dans le cadre du déploiement de MATIS comportera plusieurs volets ainsi que la mise à disposition d’outils/supports de formation (webinaire, kit de formation spécifique par profil, vidéos, tutos). Un accompagnement est aussi prévu pour les CPAM.

Afin de faciliter la généralisation de l’outil, le déploiement de MATIS se fera en 3 vagues :

  1. Vague 1 : AURA, Grand Est, Nouvelle Aquitaine, Occitanie et PACAC,
  2. Vague 2 : Hauts de France, Ile de France, Pays de Loire, Centre Val de Loire
  3. Vague 3 : Bourgogne Franche Comté, Normandie, Bretagne, DOM

Avant de donner son avis sur ce projet de déploiement de MATIS dans l’ensemble des DRSM, la délégation CGT a souhaité rappeler que direction s’était engagée à ne déployer cet outil que lorsqu’il serait opérationnel (preuve qu’il ne l’était pas dans ses premières versions), alors que paradoxalement les premiers utilisateurs ont dû se battre pour être écoutés et voir leurs propositions d’amélioration prise en compte.

La CGT espère que MATIS et ses prochaines versions répondront aux attentes des agents du service médical et que cet outil facilitera la gestion du processus IJ dans le flux ; nous attendons de pied ferme de voir ce fameux « pilotage bienveillant » !

Malgré tous les efforts fournis et les améliorations apportées avec un calendrier de déploiement mûrement réfléchi nous n’oublions pas que les premiers essais de l’outil ont été laborieux et difficiles d’appropriation par le personnel autant techniquement que culturellement.

Les agents n’avaient pas été préparés malgré le SMMOP à un tel changement dans le traitement des dossiers car MATIS semble plus et avant tout destiné à satisfaire les CPAM et moins les collègues du service médical.

La CNAM a engagé totalement sa responsabilité sur l’opérationnalité, mais l’absence de test de la LMA avec les CPAM laisse perplexe. Quant au sujet sensible de la double saisie « Hippocrate/MATIS », il a été éludé lors des débats …

Aussi la CGT a décidé de s’abstenir sur ce projet de déploiement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.