A la une

Fermeture de 4 sites dans le Grand-Est : émoi et solidarité avec les salarié.e.s.

Les élu.e.s de la DRSM Grand-Est nous ont confirmé hier, 16 juin 2020, que la direction de leur DRSM avait confirmé aux membres de la CSSCT de leur CSE, son intention de fermer 4 sous-sites d’ELSM situés à Longwy, Saint-Dié-des-Vosges, Châlons-en-Champagne et Verdun. Une rumeur persistante se propageait depuis plusieurs jours à ce sujet

Ces fermetures seraient mises à l’ordre du jour du prochain CSE de la DRSM, pour information, et non pour avis du CSE, dans 1er temps. Cette annonce ne marque pas moins le début du processus de la fermeture de ces sites où 25 agents environ travaillent.

Sur le fond, la pertinence de ces fermetures est plus que discutable car « le manque d’attractivité de ces sites » en manque de praticiens conseils ne peut pas être une raison suffisante pour les fermer. Déjà, parce que du personnel médical continue d’y exercer. Ensuite parce la fermeture de ces sites aura un impact sur la proximité du service médical avec les assurés de ces zones faiblement peuplées.

Sur la forme, la démarche de la DRSM Grand-Est nous semble maladroite sinon brutale, dans une région où le rapprochement (à l’œuvre depuis le 1er janvier 2020) des anciennes DRSM du Nord-Est et de l’Alsace-Moselle se passe mal. Cela dans un climat de défiance à l’égard d’une direction qui impose plus qu’elle ne dialogue avec le CSE.

En outre, il n’échappera à personne que l’annonce de ces 4 fermetures intervient dans une région très touchée par l’épidémie de coronavirus et où le Covid19 continue de circuler plus qu’ailleurs.

Prendre en considération cette situation humaine et sanitaire eût été la moindre des choses raisonnables.

Au nom de la Cgt, nous regrettons et nous dénonçons cette manière de faire, dépourvue de raison et d’empathie. Notre soutien va aux salarié.e.s concerné.e.s par les 4 fermetures et à leurs collègues dans la lutte qui commence.

2 réflexions au sujet de « Fermeture de 4 sites dans le Grand-Est : émoi et solidarité avec les salarié.e.s. »

  1. Et au nom de quoi ? Pour faire des économies d’argent…. Et qui va faire le travail produit sur les sites fermés ? Les autres sites déjà en surtravail… En plus il y a quelque chose de lâche de faire cela en plein dé confinement , au moment où les salariées sont inquiètes de leur avenir , de leur santé , de leurs familles , sachant que peu de monde réagira….

  2. Et pourtant, on nous rabâche sans cesse « le service rendu aux assurés » ; il est où le service rendu si les assurés n’ont plus de site à proximité !!!!!
    Grand soutien à mes anciens collègues .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *